Regarder, observer, vivre le réel et faire oeuvre.

 

blaye13Comment favoriser la rencontre du public avec la création vivante ? Comment abolir les frontières invisibles du Théâtre et permettre l’accès à tous à ce lieu de pensée ? Comment éveiller la curiosité, moteur de désirs, de savoirs ? Quelles places occupe l’artiste aujourd’hui ? Dans le cadre de leur projet d’association pour la saison 2016-2017, Le Centre Culturel – Théâtre des Mazades et la Compagnie Les Âmes Fauves déterminent comme nécessaire priorité l’élaboration d’un projet participatif en direction des habitants des quartiers environnants le Théâtre. Il ne s’agit pas d’arriver avec une proposition toute faite mais de mettre en œuvre un objet artistique de façon collaborative, acceptant implicitement de repenser les lignes posées à chaque avancée dans le processus, et proposer ainsi, un projet collectif, vivant.

« Partons du postulat que ce qui nous anime – danser le corps -, et ce pourquoi nous oeuvrons toujours – l’acte artistique -, peut, plongé dans le décor familier de celui qui le reçoit, interroger, déconcerter, émouvoir, susciter. Avec le concours d’artistes invités (danseurs, musiciens, comédiens plasticiens, vidéastes…), six semaines durant, et sur six lieux des quartiers Nord de Toulouse (lieux identifiés et investis avec l’aide des partenaires relais du territoire, et définies comme prioritaires par les acteurs institutionnels des politiques de la ville), nous nous immergerons dans la vie du quartier. Nous nous proposons de sortir de notre zone connue de confort, de nouer un dialogue, de partager le temps de chaque semaine, notre processus de création avec le public présent, simples passants, habitants ou usagers, avant de donner à voir, à l’issue de ces temps, une forme artistique contemporaine, élaborée pour l’endroit, le moment, l’occasion, emprunte de ce que nous aurons traversé les jours précédents, sans préjuger de ce qui peut ou ne peut être reçu par tel ou tel public, sans attentes, autre que celle d’avoir simplement et vitalement rencontrer. »

À l’occasion de la diffusion du spectacle « Que m’importe le jour » de la compagnie, un film réalisé pendant les interventions sera projeté. Monté à la manière du cadavre exquis des surréalistes, il s’agira de créer une danse commune en agençant par un procédé de morphing les gestes dansés récoltés auprés des publics. Un web documentaire retraçant les expériences de danse des interventions, mais aussi et surtout, les réactions des spectateurs sera également réalisé avec le concours de la ville de Toulouse. Ceci comme trace de ce qui fut traversé avec les habitants.

logodrac  logo-mairie-de-toulouse-211x300